fbpx Passer au contenu

Adopter le voyage en famille non plus comme un mode de vacances, mais un mode de vie est le plus difficile. Voyageurs passionnés, Laura et sa famille ont fait le grand saut. Alors le grand saut oui, mais pas sans organisation et à chaque famille son timing !

Fonder une famille est souvent synonyme d’engagement et d’enracinement. Et pour certains parents mordus de voyages, la venue au monde de leur premier enfant et les responsabilités qui en découlent sont perçus comme un frein à la mobilité. Et pourtant voyager en famille est loin d’être impossible et ajoute une saveur au périple. Nous sommes allés à la rencontre de Laura Georgieff, bloggueuse de voyage sur Frugal for Luxury et basée depuis 2005 à Orlando, en Floride. Elle parcourt le monde avec son mari et ses trois petits explorateurs de 6, 8 et 9 ans et ne changerait son mode vie pour rien au monde. Elle nous raconte comment s’organiser avec ses enfants sur la route à l’étranger et comment faire l’école à la maison en voyage.

voyage en famille

Un tour du monde avec les enfants, ça s’organise !

L’idée de l’enracinement est en une préconception répandue et une frustration pour de nombreux jeunes parents qui peine à imaginer des vacances au bout du monde ou sur les routes avec un petit à charge. Cependant, avec une bonne dose d’organisation, il est possible de voir le trajet en famille comme un enrichissement plutôt que comme une contrainte. Mordus de voyage depuis toujours, Laura et son mari ne se sont jamais mis de barrières quant aux habitudes de voyages et aux destinations. Par exemple, ils nous racontent être partis sur un vol transatlantique avec leur première fille le jour de ses 8 semaines.

Le plus difficile est de réaliser le grand saut. Retirer les enfants de l’école, démissionner de son poste et partir en tour du monde demande du courage et une préparation intense. Laura et sa famille s’y sont d’ailleurs repris à plusieurs fois avant de partir pour de bon sur les routes américaines en caravane en avril 2021. Ils ont été bloqués par l’épisode pandémique en Australie après un départ en janvier 2020 qui a temporisé le grand saut. Cet obstacle à leur projet initial leur a donné du temps pour faire mûrir leur projet. D’abord en entreprenant un tour d’Europe sur 24 pays, en retirant les enfants de l’école progressivement. Puis en mûrissant leur projet professionnel parallèle à développer en voyage. Laura a notamment acheté un site d’avis de matelas et son mari son propre business en ligne. Cela leur donne des ressources pour pousser ce voyage en famille pour la suite.

voyage en famille

Le caravaning en famille : un luxe sur le plan humain

Parmi les appréhensions qui reviennent, la solitude sur la route fait partie du haut du  palmarès. Vous passez 24h sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an avec votre famille. Il n’y a pas de pause, pas de jours off. Cela peut aussi être un des avantages du voyage, de beaux moments de partage. Mais pour beaucoup de voyageurs ils sentent rapidement quelques tensions émerger, qu’il s’agit de tuer dans l’œuf.

Mais partir en voyage avec les enfants est également synonyme de richesse humaine. D’autant plus quand vous emmenez vos enfants avec vous dès le plus jeune âge, ils développent le voyage comme une seconde nature. Pour les parents, cela leur permet de les voir grandir, d’apprendre à vraiment les connaître. Ce mode de voyage offre une grande liberté, physique et mentale, de pouvoir décider quoi faire de son temps, comment avancer, ou aller, sans personne pour nous guider.

La liberté de nouer une relation plus intime avec la nature, de sortir des sentiers battus et de développer sa culture au contact de l’autre.

Comment faire l’école à la maison en voyage ?

Nombreux sont les parents qui rêvaient de retourner travailler loin de chez eux après avoir eu la gestion de leurs enfants. Laura elle-même pensait ne pas avoir la patience d’éduquer ses trois enfants. En prenant le temps d’écouter leurs besoins, elle s’est mise à adorer et apprendre beaucoup de choses. Le rythme est concentré mais en 90 à 120 minutes à peine, bien concentrés, il est possible d’apprendre autant qu’en une journée passée à l’école.

Loin de la maîtresse et des copains, les bancs de l’école pourraient vite manquer. Mais avec plusieurs enfants, ceux-ci jouent ensemble et ne regrettent pas le contact avec d’autres enfants, qu’ils rencontrent sur la route la journée. En comparaison avec leur expérience en caravane, le rythme de l’école institutionnelle avec la cloche, les devoirs le soir, les moments d’attente entre les leçons et les journées entières passées sur les bancs semble bien pâle. A l’école à la maison, ils apprécient avoir terminé plus rapidement, pouvoir décider ce qu’ils veulent apprendre, rencontrer des petits copains dans les campings. 

Les enfants aiment leur relation avec leurs maîtresses, les sorties scolaires, les sports, les arts, la bibliothèque et les copains de classe. Mais ils aiment autant découvrir à leur rythme.

Faire la classe à la maison dépend également du mode de voyage. Par exemple, lors d’un tour du monde il s’agit de bouger tous les jours, les enfants ont alors cours sept jours par semaine mais en passant moins de temps quotidien sur le travail. Le  concept de weekend disparaît, les parents ne travaillant pas et n’ayant pas d’activités sportives pour les enfants. Le rythme du road trip en caravane est lui bien différent. Il est rythmé par les jours de la semaine et les weekends. Donc faire l’école aux enfants s’organise sur 5 jours par semaine.

ecole voyage en famille

Quel rythme de cours à la maison ?

Laura nous a partagé l’exemple du rythme pour ses enfants : La plus âgée a généralement fini vers midi et la plus jeune, vers 10h30-11h. Avec chacun des voyages, ils ont décidé de seulement privilégier l’apprentissage l’anglais et les maths. Ils suivent un cursus Américain pour qu’ils puissent retourner a l’école facilement le jour ou ils arrêteront de voyager. 

Le voyage est la meilleure des écoles : toutes les autres matières sont acquises sur le terrain. Dans le Pacific Sud, ils découvrent la géologie, les tremblements de terre et volcans, la culture des îles, l’océan et la conservation. En Europe, ils étudient les deux guerres mondiales, les trésors de l’Antiquité et les peuples arctiques. Aux Etats-Unis, ils sont instruits sur la guerre civile, les droits des hommes et les sciences naturelles.

Voyager à plein temps permet à tous d’apprendre et tous les jours. C’est une simulation cérébrale constante et passionnante.

En plus, les enfants apprennent beaucoup plus vite à la maison parce qu’il est possible d’adapter leurs programmes à leurs connaissances et facultés. D’après Laura cela lui permet de transmettre aux enfants la volonté et l’amour de l’apprentissage. Faire les devoirs prend aussi beaucoup de temps aux parents et avec ce rythme 100% des week-ends sont libres, sans devoirs ou préparations le lundi matin. 

La clef de l’école nomade : la flexibilité

La flexibilité dans le voyage à plein temps est essentielle. Il vous faut accepter de ne pas tout contrôler, et à partir du moment où vous partez en sachant que les choses ne vont pas se passer comme prévu, tout ira bien ! Un deuxième conseil est de ne pas penser que ce sont des vacances. Il y a une grande différence entre le voyage à plein temps et les vacances. Lorsque vous partez en vacances, tout est organisé, il y a une date d’arrivée et une date de retour. En voyage à plein temps, c’est la vraie vie – la même qu’à la maison – mais avec la complexité supplémentaire d’organiser votre prochain arrêt. Il s’agit de trouver quelque chose à visiter, de rester sur un budget “voiture / hôtel / nourriture / excursion” défini, et de toujours motiver les troupes. Mais la vraie vie n’est pas mise en parenthèse comme lors de vacances courtes. Les enfants doivent avancer à l’école, si vous travaillez, ça ne s’arrête pas non plus, il y a toujours la saison des impôts, les réparations sur les biens gardés, les visites chez le docteur, etc. Partez simplement avec la bonne mentalité.

Voyager à temps plein est fatigant, peut même être épuisant, est très envié des autres, et surtout incompris de presque tous. À vous d’éduquer vos proches et de partir avec des attentes réalistes. 

Ne ratez aucune opportunité

Inscrivez-vous à la Newsletter