fbpx Passer au contenu

Détaché du Sud de L’Inde, le Sri Lanka est un pays insulaire. Son territoire bordé par les eaux offre une grande richesse écologique. En longeant la côte de Jaffna à Matara, vous découvrirez des sanctuaires religieux, faunistiques et marins. Vous comprendrez pourquoi les hommes se sont installés sur la côte tant la mer est nourricière. Afin de préserver cet environnement naturel, vous pourrez faire appel à des acteurs locaux sri-lankais engagés dans le tourisme durable.

Jaffna, une ville riche de son passé tourmenté

Le circuit de la côté ouest commence au Nord du Sri Lanka avec la ville de Jaffna. Située sur une péninsule, la ville était la capitale d’un royaume indépendant, le royaume de Jaffna. Son fondateur est certainement Kulasekara singai Aryan. Il faisait partie de la dynastie hindou Ârya Chakravarti. Depuis sa création au XIII siècle, la ville a été en proie à de nombreuses colonisations, portugaise, hollandaise et britannique.

Le temple Nallur Kandaswamy Kovil par Gane Kumaraswamy – Wikipédia

Sa richesse historique se ressent dans la diversité architecturale faite de monuments religieux et de bâtiments coloniaux. Le sanctuaire religieux le plus exceptionnel, est le temple hindou Nallur Kandaswamy Kovil. Fondé en 948 après JC, il n’a eu de cesse d’évoluer au gré des différents rois et dirigeants du royaume. Chaque année, il accueille un festival religieux qui dure 25 jours. Parmi les événements les plus populaires et colorés, la procession de chars le Ther Thiruvila. Des ruines du royaume de Jaffna ont survécu à l’invasion portugaise. Des marchands portugais ont laissé à la ville un fort datant du XVII siècle.  

Fort de Jaffna – Pixabay
Ruines du Royaume de Jaffna par Anton Croos – Wikipédia

Jaffna est une ville très peu touristique. Elle a totalement réouvert ses frontières en 2015. Pendant 30 ans, elle a été le théâtre d’un conflit ethnique opposant les Tamouls et les Cingalais. Alors pour pleinement profiter de l’atmosphère de Jaffna, quoi de plus immersif qu’une balade au cœur des marchés de poissons et des bazars ? La ville est réputée pour la qualité et la diversité de ses mangues. Vous pourrez les déguster sur le marché de Jaffna.

Wilpattu, le refuge pour les espèces menacées

Ce n’est pas pour rien que Willu-pattu signifie Terre des lacs. Le parc national Wilpattu rassemble une centaine de lacs naturels. Pour protéger sa richesse naturelle, Wilpattu a été reconnu parc national parmi les premiers du pays. Côté flore, le parc présente une grande diversité de paysages qui amène une grande diversité faunistique. Il abrite 31 espèces de mammifères dont des espèces menacées. Parmi elles, l’éléphant du Sri Lanka, l’ours paresseux et le léopard. Depuis 2008, le léopard du Sri Lanka est considéré comme une espèce en danger. Le parc abrite la plus grande densité de léopards.

Eléphant du Sri Lanka par Steve Garvie – Wikipédia
Ours paresseux par Sandhillcrane – Wikipédia
Léopard au cœur de Wilpattu par Gerard Mendis – Wikipédia

Une protectrice de l’environnement sri-lankais, Anjali Watson a lancé en 2000 le projet Léopard. Elle lance en 2004 le Wilderness and Wildlife Conservation Trust. Ce projet a pour but de déterminer des espaces de nature sauvage où les léopards peuvent se déplacer sans risque. Leur survie est menacée à cause de la fragmentation de leur habitat et du braconnage. Des safaris sont organisés toute l’année pour visiter le parc. Ainsi le tourisme contribue à la préservation de ces espèces menacées.

Kalpitiya, le paradis des sportifs et de la faune marine

C’est grâce à son paysage que Kalpitiya est le meilleur endroit pour le Kitesurf. Il est composé de 14 îles qui font face d’un côté à un lagon et qui créent de l’autre une multitude de paysages. Cet environnement incroyable crée un cocon pour les sportifs amoureux d’activités nautiques. Les récifs, les marais salants, les mangroves abritent de nombreuses espèces de poissons et de crustacés.  

Afin de préserver cette faune marine, le gouvernement a mis en place un plan directeur pour développer de façon durable le tourisme. Les eaux côtières rassemblent plusieurs espèces de dauphins, des baleines, des tortues et le dugong.

Dugong par Julien Willem – Wikipédia

Le dugong est un mammifère marin herbivore grandement menacé d’extinction au Sri Lanka et dans le monde. Il ne reste que 40 000 individus. Il est également appelé vache marine car il broute les herbiers marins. En cherchant sa nourriture, il brasse les fonds marins. Ainsi, il participe à leur enrichissement floristique et faunistique. Leur dépendance aux herbiers marins fait qu’ils se nourrissent près des zones côtières. Ces zones, souvent impactées par des activités humaines, les rendent vulnérables. 

Negombo, la ville des pêcheurs

La pêche est le poumon de la ville de Negombo. Cette ville nous a transmis nos actuels catamarans. Le mot est né de l’association de deux mots en langue tamoule, kattu (lien) et maram (arbre). Il désignait à l’époque les embarcations des pêcheurs sri-lankais. Créé après la guerre pour relancer le tourisme, le marché aux poissons est incontournable.

Bancs de séchage © Olalalanka
Étals de poissons © Olalalanka
Plage de Negombo © Olalalanka

Le marché bat son plein le matin. Les bateaux des pêcheurs prennent en otage la plage. Une fois sur la terre ferme, les poissons rejoignent les étals et les bancs de séchage. La vente peut commencer. La mer offre une multitude de poissons aux odeurs et couleurs variées. L’immersion est totale ! Pour s’imprégner de la ville, rien de mieux que de monter dans un Tuk Tuk. Et de vous laisser transporter par nos guides locaux !

Matara, la ville originelle

Le Mahavamsa relate que les premiers indiens à atteindre l’île s’installèrent dans la région de Matara. Les anciens rois construisirent de nombreux édifices religieux dont un temple sacré au cœur de la ville. Il est aujourd’hui dédié au culte bouddhiste. La ville a été tour à tour gouvernée par les portugais et les néerlandais. L’architecture s’en ressent. Le phare de la pointe Dondra a été construit par les néerlandais. Il est l’un des plus hauts phares d’Asie du Sud-Est. Au Sri Lanka, il est considéré comme étant parmi les plus beaux et les plus anciens des phares. Son nom Dondra est synonyme de “Cité des Dieux” dans la langue cinghalaise locale. Le phare a été construit avec des matériaux importés d’Angleterre, d’Écosse et des Cornouailles. La roche de granit qui lui donne son aspect blanc a été acheminée par l’océan.

Et pour parfaitement boucler notre circuit une petite anecdote… le phare de Dondra est situé à la pointe la plus au sud du Sri Lanka. Et à coté de Jaffna se situe le Point Pedro qui est le plus au nord !

Cette balade le long de la côte ouest du Sri Lanka a été enrichie par les anecdotes et les photographies des agences sri-lankaises Aloka Sanna et Olalalanka.
Temple Kalutatra Bodhiya © Aloka Sanna

  

Ne ratez aucune opportunité

Inscrivez-vous à la Newsletter