fbpx Flockeo Passer au contenu

Tradition antique, les Jeux olympiques rassemblent aujourd’hui des milliers d’athlètes tous les 4 ans. Face à l’urgence climatique, nous avons évalué leur impact environnemental à l’échelle globale et locale. Pour ces évènements internationaux l’enjeu est de se réinventer vers plus de durabilité.

Toute épreuve est une occasion de progresser

« Certains veulent que ça arrive, d’autres aimeraient que ça arrive. Et les autres font que ça arrive » les paroles de Michael Jordan restent pleinement d’actualité. Ou, comme le suggère le titre, c’est la volonté et le caractère qui impulsent le changement et créent un véritable impact.

L’essence du sport est de surmonter les difficultés, avoir pleinement conscience de l’effort et de l’optimisation des ressources disponibles. En d’autres termes, pratiquer du sport est plus qu’un jeu, c’est en quelque sorte une version abrégée de la vie primitive. Ajoutez-y la dimension sociale et vous obtiendrez une image plus complète de ces mini-épisodes de l’existence !

La crise sanitaire actuelle a eu un impact important sur le sport et les événements sportifs qui y sont liés. Pour les premiers, les rassemblements et interactions étant stoppés net à l’échelle mondiale. Et pour les seconds, les grands événements professionnels ont continué, mais principalement sans public. Cette distance accrue entre les individus et la pratique ou avec les athlètes professionnels a progressivement encouragé les personnes ordinaires à pratiquer davantage d’activités de plein air en solo. Par conséquent, cela conduit à une plus grande connexion à la nature et au « contexte environnemental local ».

La situation sanitaire a récemment évolué, positivement, dans la plupart des régions du monde. La plupart des personnes qui aspirent à un retour à la « normale » sont optimistes. Néanmoins, il semble que certains moteurs de changement fondamentaux soient en train de se déplacer. Grâce à la « connexion locale » et à la redécouverte du contexte géographique immédiat, l’accent est mis de plus en plus sur le lien avec la nature et la biodiversité. Cela ne se traduit pas nécessairement par la préservation ou par des changements de comportement radicaux, mais plutôt par une compréhension et une connaissance accrue de l’environnement proche.

Du socio-économique au développement durable

La question de la pertinence économique de l’organisation de grands événements sportifs, comme les Jeux olympiques et paralympiques, se pose depuis plusieurs années déjà. Les responsables du Comité international olympique ont généralement fait valoir que si le retour sur investissement immédiat résultant de la vente de billets n’est pas nécessairement positif, l’image extrêmement favorable que l’accueil des jeux déclenche en vaut la peine. De plus, l’utilisation continue des infrastructures par les communautés locales clôt généralement le débat au profit des partisans de l’accueil des jeux.

Aujourd’hui, les préoccupations croissantes concernant l’état de l’environnement, et le lien consolidé avec l’environnement local, ajoutent une nouvelle variable à la viabilité de la formule d’accueil des jeux. Un passage clair des questions socio-économiques à la durabilité globale. En plus des questions économiques ou sociales, la population locale ajoute la question environnementale. Est-il pertinent, dans un monde où la variabilité climatique s’accroît, d’ajouter de la pression par le biais d’événements planétaires globaux ? Dans cet article, nous explorons cette question sous deux angles, global et local.

Impact environnemental du transport des athlètes

Il est courant de célébrer le lieu qui accueille les jeux. C’est une excellente occasion de découvrir de nouvelles cultures, d’actualiser notre vision des hôtes, de comprendre les codes sociaux, etc. C’est l’occasion de célébrer la diversité culturelle dans toute sa richesse. Si l’on met de côté les avantages culturels évidents, la rotation entre les continents pour accueillir les Jeux olympiques impose une question environnementale essentielle. La distance physique réelle entre le lieu de résidence et la ville d’accueil se traduit directement par une augmentation des émissions pour transporter le matériel, les athlètes, les arbitres et le public désireux d’acclamer ses champions.

Nous avons donc eu la curiosité d’évaluer l’impact environnemental du transport des athlètes (et uniquement des athlètes) vers le lieu de compétition à Tokyo, au Japon. Nous l’avons comparé à celui de la dernière édition à Rio de Janeiro (2016). Pour les besoins de la comparaison, nous avons décidé de simuler le même nombre d’athlètes qu’à Rio (avec la réserve que le nombre de participants du Brésil devrait être plus faible).

Le résultat est présenté dans l’animation suivante où la taille du point de chaque pays est proportionnelle à son impact environnemental.

Impact environnemental du transport des athlètes des Jeux olympiques

Alors que pour les pays africains et européens, le passage de Rio à Tokyo n’est pas significatif, notre simulation montre que le simple fait de changer de lieu a une incidence de plus de 10 % sur l’empreinte environnementale (émissions de CO2 équivalentes aux voyages en avion). Un changement significatif dans un monde où nous devons créer plus avec moins.

Impact environnemental de l’urbanisation

Alors que les initiatives se multiplient dans le monde entier pour définir ce que sont les villes et comment y intégrer davantage de nature, la question liée aux changements d’affectation des sols au sein des villes est cruciale. Les lignes directrices en matière de développement durable insistent fortement sur le fait que les développements dans les villes suivent un schéma vertical plutôt qu’horizontal. Cela signifie qu‘il faut conserver autant de sol inchangé que possible et s’efforcer d’augmenter la part de la nature dans l’espace urbain.

La question centrale est donc de savoir s’il est raisonnable, d’un point de vue environnemental, de transformer 65 000 m2 de jardins en plein air à Tokyo, l’une des villes les plus peuplées du monde, en un stade aquatique. Habituellement, lorsqu’on essaie d’imager la déforestation, on se réfère à un rythme d’un terrain de football toutes les 6 secondes. En utilisant la même référence, la nature à Tokyo a perdu 9 terrains de football pour la construction du centre aquatique. Ce type de développement peut être suivi très efficacement en utilisant des moyens spatiaux par de simples observations et peut également être automatisé.

Tokyo 2020, le centre aquatique en 2012 © Maxar technologies
Tokyo 2020, le centre aquatique en 2021 © Maxar technologies

Nous n’avons pas procédé à l’évaluation de tous les sites de construction pour les jeux olympiques/paralympiques, mais nous savons par exemple qu’au moins 8 nouveaux sites ont provoqué une importante artificialisation des sols, ce qui signifie que la nature a perdu des terres pour leur création.

Grâce aux données d’observation de la terre par satellite, nous sommes en mesure de cartographier automatiquement les changements de la couverture terrestre au fil du temps. Par exemple, si l’on observe la région de Tokyo ci-dessous, on constate que les surfaces naturelles reculent. Les forêts, la végétation herbacée ou clairsemée et les terres cultivées ont toutes perdu des points, tandis que les zones construites ont augmenté (près de 1 %) et les plans d’eau ont augmenté (reflétant la perte de surfaces naturelles).

Couverture terrestre région de Tokyo en 2015 © Copernicus
Couverture terrestre région de Tokyo en 2019 © Copernicus
Impact environnemental des Jeux olympiques sur les terres de Tokyo
Classification des terres de la région de Tokyo © Copernicus

La carte de classification des terres montre l’opposition intense entre la nature dans le coin ouest et les structures artificielles dans le coin est. Les zones urbaines de l’est de la région de Tokyo ont progressivement dévoré les habitats naturels et les forêts de l’ouest. L’empreinte humaine et la consommation des zones naturelles se sont accrues.

Cette tendance suit l’augmentation de la pression démographique, mais il faudra certainement que cela change dans les années à venir pour atténuer le changement climatique et laisser l’espace nécessaire à la nature pour qu’elle reprenne ses droits.

Pour en revenir aux mots de Jordan, les autres font bouger les choses, après la crise sanitaire, le peuple japonais s’est opposé à l’organisation des jeux par crainte d’une propagation accrue du virus. Les jeux ont d’abord été retardés et finalement, après la pression du Comité international olympique sur le gouvernement japonais, les jeux se dérouleront sans la présence du public. Un compromis en ces temps de grande incertitude due à la situation sanitaire. Un compromis plutôt difficile, surtout pour les Japonais, qui perdent l’un des effets les plus positifs de l’organisation des jeux, la visibilité.

Nous avons vu peu de progrès dans l’organisation d’événements sportifs à huis clos. La NBA, par exemple, a montré qu’il était possible d’encourager le public depuis son canapé lors de matchs importants. Cela deviendra-t-il la norme ? Les difficultés, liées cette fois au changement climatique mondial et à l’importance de la préservation du climat, nous pousseraient-elles à explorer de nouvelles façons d’interagir avec les athlètes et de créer cette atmosphère magique des stades ?

Nous espérons que nous ferons partie des « autres » qui contribueront à la réalisation de cet objectif. Les « autres » qui sont prêts à explorer de nouvelles frontières, de nouvelles possibilités pour trouver l’équilibre entre les trois piliers de la durabilité, les avantages sociaux, économiques et environnementaux.

Ne ratez aucune opportunité

Inscrivez-vous à la Newsletter