fbpx Passer au contenu

L’Équateur est surtout connu pour ses destinations stars, les Galápagos et l’Amazonie. Des destinations qui font rêver les touristes du monde entier… mais ce n’est pas votre cas. Vous cherchez un circuit authentique ? Une façon de voyager plus durable ? Suivez notre circuit !

Volcan d'Équateur
Volcan Cotopaxi par Simon Berger

Que vous voyagez seul ou à plusieurs, l’Équateur est une destination idéale pour les backpackers. En effet, tout le pays est irrigué par un réseau de bus sécurisés. Le terminal de la Ofelia au Nord de Quito, dessert toutes les villes proches en moins d’une heure. De plus, la petitesse du pays fait que vous pourrez l’explorer sans passer des heures dans les bus. Mais comptez bien 2 semaines pour découvrir la grande diversité de ses paysages et de ses cultures. Prenez votre temps !

Comme nous l’avons écrit dans un précédent article, c’est l’un des rares pays « mégadivers » en termes de biodiversité. Enfin, si vous avez besoin de demander votre chemin, n’hésitez-pas, la population est très ouverte.

Voyage éco-responsable en Équateur d’Ouest en Est

Le circuit démarre sur la partie Nord de l’Équateur. Il longe la côte pacifique faite de plages et de villages de pêcheurs. Il s’engage ensuite dans les terres centrales. À la rencontre d’un paysage plus vallonné et rural. Il remonte pour prendre de l’altitude et rejoindre Quito, la capitale. Et enfin, il se termine aux portes de l’Amazonie. Ce circuit qui propose un tourisme plus durable, résonne avec l’engagement du pays. En 2008, il est le premier pays à reconnaître officiellement les droits de la nature. L’Équateur reconnaît que la nature a le « droit d’exister, de persister, de maintenir et de régénérer ses cycles vitaux. »

carte-circuit-equatorien
Carte du circuit équatorien

La côte équatorienne

Tout au Nord, prenez la Ruta del Sol qui borde l’océan pacifique. Cette partie de la côte équatorienne est un espace naturel et culturel d’une grande importance pour le développement durable du pays. En effet, elle fait partie d’une route plus grande appelée la Ruta del Spondylus. Cette dernière couvre toutes les provinces de la côte du nord au sud.

La plage de Mompiche en Équateur
Coucher de soleil sur Mompiche – Wikipédia CC BY-SA 4.0

La Ruta del Sol vous mènera au canton de Muisne. Ses plages aphrodisiaques dont Mompiche, sont serties de palmeraies. Cette plage de sable fin s’étend sur 6 kilomètres de long. Elle est appréciée des surfeurs et des touristes à la recherche de plages peu fréquentées. C’est aussi et surtout un petit village de pêcheurs. Qui si vous les aidez à ramasser leurs filets, partagerons avec plaisir leur pêche !

Côté ambiance, c’est la culture afro-équatorienne qui vibre. La musique afro-équatorienne est connue pour sa danse de séduction, la marimba. Elle a été inscrite au patrimoine culturel immatériel de de l’humanité. Descendez jusqu’à Pedernales pour rentrer dans les terres.

Le cratère à l’intérieur des terres

Loin de la côte, le paysage devient vallonné et montagneux. Idéal pour faire de la marche. Descendez jusqu’à Quevedo pour vous diriger vers le cratère de Quilotoa. Ce volcan est accessible par un chemin de randonnée qui culmine à 3800 m. En son centre, le volcan accueille un lac d’environ 3 kilomètres de diamètre. Sur les hauteurs du cratère vous trouverez un village indien qui accueille des touristes. Et pour les plus téméraires, pourquoi ne pas faire un tour dans le fond du cratère ? Des sentiers ont été aménagés pour cela. Bien accompagné, vous pouvez aussi faire le tour de la lagune. Et même louer un kayak pour glisser sur l’eau turquoise. Renouez peu à peu avec la civilisation en remontant vers le Sud de Quito.

Le cratère de Quilotoa en Équateur
Cratère de Quilotoa – Pixabay

La ville sur le flanc d’un volcan

Perchée à une altitude de 2800m, la ville de Quito est bâtie sur les flancs du volcan Guagua Pichincha. Au sud de la ville se trouve le centre historique. En 1978, c’est le premier site déclaré Patrimoine mondial par l’UNESCO pour son architecture coloniale. Si vous voulez profiter d’une vue incroyable, montez dans les tours de la Basílica del Voto Nacional. Il est aussi possible de prendre une cabine pour se hisser au sommet du volcan Pichincha. Le téléphérique vous dépose à 4000 m d’altitude pour admirer les majestueux volcans Cotopaxi et Cayambe. Si vous aimez la haute altitude, vous trouverez votre bonheur parmi les volcans équatoriens. Le Chimborazo culmine à 6 263 m. C’est le plus haut sommet des Andes équatoriennes. Et il est même défini comme le plus haut sommet du monde. Si vous souhaitez d’autres sensations fortes, rapprochez-vous de Baños, haut lieu de sport actif.

Quito la capitale de l'Équateur
Quito sur le volcan Pichincha – Pixabay

Aux portes de l’Amazonie

Arrivé à Baños, vous voilà aux portes de l’Amazonie. Ce paysage est idéal pour observer la faune équatorienne car il est plus ouvert que la jungle. Tout comme l’est Mindo. Où vous pourrez admirer l’oiseau mythique de l’Équateur, le magnifique colibri.

À un peu plus d’une heure de Baños, se trouve la ville de Puyo. La ville en elle même n’a que peu d’intérêt. Mais si vous cherchez des endroits à visiter, le jardin botanique Las Orquídeas et le parc ethnobotanique Omaere sont incroyables. Depuis 1980, le jardin botanique dédie 2 hectares à la régénération naturelle. De son coté, le parc d’Omaere a été l’un des premiers parcs ethnobotaniques en Amérique latine. L’ethnobotanique est l’étude des relations entre les cultures et les plantes qui les entourent. Les plantes sont une source vitale pour les peuples indigènes. Mais comme elle est située sur la rive du bassin de l’Amazone, Puyo attire de plus en plus.

Rivière de Misahuallí en Équateur
Rivière de Misahuallí – wikipedia

Sa proximité avec la jungle tropicale font d’elle une porte d’entrée pour explorer l’Amazonie. Tout comme la Puerto de Misahuallí qui est encore plus proche. C’est la ville parfaite pour organiser une randonnée vers la jungle amazonienne.

Enfin vous n’avez pas besoin de vous enfoncer dans la jungle pour y voir des singes. Misahuallí est la ville des capucins ! Habitués à la présence humaine, ils n’auront pas peur de venir farfouiller dans votre sac. Les excursions organisées proposent aussi d’aller à la rencontre des populations locales. Les peuples indigènes ont développé des activités d’écotourisme liées à leur culture. Vous pourrez peut être participer à une célébration rituelle. Ils pratiquent le chamanisme. Cette pratique facilite la mise en relation entre les êtres humains et les esprits. Alors près à plonger au cœur de l’Équateur ?

Ce circuit authentique a été réalisé grâce aux précieux conseils de Sébastien de La Bicok Ecolodge à Mindo.

Ne ratez aucune opportunité

Inscrivez-vous à la Newsletter