fbpx Passer au contenu

Attirant chaque année plusieurs milliers de touristes, Madagascar est la 4ème plus grande île au monde. Elle est aussi surnommée l’île rouge, à cause de sa couleur chaude vue du ciel. Rouge mais pas monochrome. En effet, Madagascar regorge de paysages aussi variés que fabuleux. Elle est propice aux aventures, qu’elles soient terrestres ou nautiques. Enfin, l’île est la première productrice mondiale de vanille.

Terres rouges de Madagascar

(Terres rouges de Madagascar, pixabay)

Attractive pour ses balades nautiques atypiques, ce pays est aussi célèbre pour sa vanille. Il en est d’ailleurs un leader mondial en matière d’exportation.
Cette production vieille de deux siècles, est le fruit d’un savoir-faire et d’une culture unique. Replongeons en enfance à la découverte du mystère de la vanille malgache.

Photo d'une fleur de vanille à Madagascar.

(Fleurs de vanille, Festiv, Madagascar, ©Festiv)

Pour cela, nous sommes allés à la rencontre de Jacky Jayat, responsable de l’agence durable Festiv. Il nous a guidé au fil d’un circuit mêlant engagement et secrets enfouis de la vanille. De la plantation à sa sublimation dans l’assiette, que cache donc cette orchidée pas comme les autres ?

A la découverte des territoires ruraux de Madagascar avec FESTIV.

Festiv, c’est avant tout l’histoire de son responsable Jacky Jayat. Amoureux de Madagascar, il a su lui insuffler une véritable vision. La vision de la découverte de ce qu’il y a de plus profond dans le pays. La vision de l’inclusion des populations dans le processus de transmission et de préservation.

C’est au travers d’excursions que naît cet attachement de Jacky à l’île rouge. La variété des paysages, de la mer aux vallées verdoyantes et uniques l’ont conquis. Et sa rencontre avec les baleines à bosses à fini de le convaincre : sa place est là-bas ! 

En créant Festiv il a souhaité mettre en place un réceptif touristique malgache proposant des circuits spécialisés. Sa spécificité réside dans ses formules sur-mesures et l’appel aux sens que propose chaque voyage côtoyant les productions locales.  Ceux-ci sont notamment axés sur les connaissances traditionnelles malgaches. Mais aussi sur la découverte des méthodes de culture, de récoltes et de transformations. On s’intéresse à la culture des algues dans la baie de Diego et la récolte d’huile végétale de Baobab. Il nous livre aussi les secrets de l’extraction de l’Ylang Ylang à Nosy Be.


« L’offre touristique est illimitée à Madagascar ».

Pour accomplir cela, Festiv est accompagné par deux associations. La première, Les Drôles de Dames est une association malgache, exclusivement composée de femmes. Cette organisation à pour but de favoriser, développer et promouvoir des actions culturelles, éducatives et sociales. Elles s’inscrivent dans le cadre d’une action nationale « naturellement féminin ». Celle-ci souhaite faciliter l’accession des femmes à des postes à responsabilités dans le secteur agricole.
Enfin, Festiv est aussi soutenue par VALAMADA, une association française. Elle  réalise des opérations solidaires et durables pour soutenir les producteurs de matières premières végétales à Madagascar.

“ Festiv, ce n’est pas 40 touristes dans un bus. Ce sont des programmes précis et spéciaux. J’accompagne tous mes groupes. Je vais les emmener là où personne ne les emmènera. Mais, il y a une condition : l’échange. L’échange entre le touriste qui doit amener quelque chose aux locaux. Ensuite, il pourra à son tour en retirer quelque chose. La responsabilité c’est ça, celle envers les femmes et les hommes de Madagascar ».

Très tôt, Jacky, créateur de Festiv, a voulu intégrer des valeurs humaines et éthiques à ses voyages organisés. Quelques ingrédients essentiels composent sa philosophie : l’émerveillement, la bienveillance et la reconnaissance. 

Sensible à cet attachement à l’île rouge, nous sommes partis avec Jacky à la rencontre d’une merveille patrimoniale emblématique à Madagascar : la vanille malgache. 

Vanille : entre voyage, apprentissage et reconnaissance. 

À Madagascar, vous serez émerveillés par la biodiversité, la topographie unique et les habitants de cette île. Ce peuple a su protéger son environnement et son savoir-faire. 

Par conséquent, Festiv souhaite adopter et transmettre ces deux pans de la merveille malgache. Au fil des découvertes sur la vanille, c’est une grande partie de l’histoire du pays qui se révèle. En ce sens est né un circuit éthique et durable de la plantation à l’assiette. Il s’agit d’une expérience pleinement immersive.

Le chemin de la vanille est celui employé par Festiv pour proposer une expérience. Cette production mondialement connue permet de découvrir le miracle biologique qu’est la vanille et la patience des planteurs. Mais aussi de refléter une culture, des trésors de transmission de mère en fille.


Le parcours se décline ainsi : le premier jour à visiter la plantation du domaine d’Ambohimanitra. Lors de cette première journée, vous vous émerveillez devant cette sublime et vaste plantation. La plantation a ouvert en 2019 plusieurs lodges au sein du domaine. Après une bonne nuit sur place, viendra le temps de l’apprentissage. Il vous sera proposé un atelier cuisine auprès du renommé chef Johary.
Enfin, lors du 3ème jour, vous irez dans les ateliers de traitement, dernière étape de la sublimation de cette orchidée.

L’immersion est complète !

Les secrets de la vanille : de la plantation à l’assiette.

Ce circuit reflète le cycle complet de la transformation de la vanille et met en valeur l’ensemble de ses artisans à Madagascar. C’est une véritable évasion au cœur de la ruralité malgache qui est proposée.

La plantation : la transmission de savoirs-faire ancestraux.

En premier lieu, afin de comprendre les secrets de la vanille dans la culture malgache, il est important de se plonger au cœur de la vie des planteurs.

À la plantation du domaine d’Ambohimanitra, résident en effet de nombreux secrets. Cette plantation, vieille de près de 25 ans, est spécialisée dans la production de cette orchidée. Sur la plantation, sont proposées plusieurs variétés de vanilles. On peut notamment citer la Mexicaine, la Pompona ou encore la Planifolia ». Cette dernière, appelée aussi « Fragrance Ordinaire », est la variété la plus cultivée. 

La vanille est produite à Madagascar depuis le 19ème siècle. Elle est aujourd’hui majoritairement exportée (95%) mais fait vivre jusqu’à 100 000 familles. Historiquement, la vanille est donc un milieu qui emploie nombre de malagasys et culturellement important. Au-delà de l’export, elle symbolise l’enfance et les plats maternels, transmis de générations en générations.

Sa production relève en effet d’un savoir-faire que l’on pourrait qualifier d’endémiques à Madagascar. Prenons pour exemple les “marieuses”. La vanille est une orchidée délicate, qui ne peut se reproduire sans intervention extérieure. Et Madagascar ne dispose pas d’abeille pollinisant les fleurs de vanille. Celles-ci doivent être fécondées manuellement sur l’île. Les “marieuses” travaillent ainsi depuis près de deux siècles. Ce savoir-faire est essentiellement partagé par les femmes malagasys, dont la textéritée permet la fécondation des plantes. 

Marieuse fécondant une fleur sur une liane de vanille, Domaine d’Ambohimanitra, Madagascar.

(Marieuse fécondant une fleur sur une liane de vanille, Domaine d’Ambohimanitra, ©Festiv)

La fécondation n’est qu’une des nombreuses étapes nécessaires à la production de vanille. Cette plante requiert de la patience et de la passion. En effet, de la plantation à la production finale, il faut compter 3 ans. Pendant un an et demi, les agriculteurs entretiennent les lianes sur lesquelles poussent les fleurs. Chaque lianne nécessite une attention toute particulière.
Puis vient la période de la fécondation et des “marieuses”. Ce travail est fastidieux. Il faut féconder chaque fleur de chaque liane, qui ne s’ouvrent pas en même temps. Il faut donc plusieurs allers-retours pour une même liane. 


Afin d’obtenir les 1700 tonnes de vanille produite par Madagascar, il faut féconder plus de 40 millions de fleurs. Chacune à la main !

Enfin, il faudra surveiller l’évolution de chaque liane pendant 18 mois. C’est après différentes étapes qu’on obtiendra enfin le produit fini. La vanille sera passée par l’échaudage, l’étuvage. Enfin cela sera suivi du séchage au soleil, du classement, de l’affinage et du mesurage.

Photo du séchage des gousses de vanilles, Domaine d’Ambohimanitra, Madagascar

(Séchage des gousses de vanilles, Domaine d’Ambohimanitra, Madagascar, ©Festiv)

Photo du traitement final des gousses de vanille, Domaine d’Ambohimanitra, Madagascar

(Traitement final des gousses de vanille, Domaine d’Ambohimanitra, Madagascar, ©Festiv)

Cette orchidée aime se faire choyer avec une attention longue et toute particulière. Celle-ci est insoupçonnée lorsque le produit de sa gousse arrive dans l’assiette.

La sublimation dans l’assiette.

Ensuite, le voyage se poursuit par la stimulation du goût qui permet de révéler la vanille dans toute sa splendeur. A la rencontre du Chef Johary Mahaleo, au Café du Musée, il s’agit ici d’apprendre à apprécier et sublimer cette fleur dans l’assiette. Avec le chocolat de Madagascar, la vanille est devenue la signature de ses plats. Les mélanges sont subtiles et la cuisine marquée en goût. Mais comment réussir à marier toutes les saveurs ?

Ce chef vous transmettra tout l’attachement qu’il a pour cette fleur malgache. Petite madeleine de Proust, elle rappelle à bon nombre de malagasys, leurs enfances, et les friandises.

“Mon attachement pour la vanille vient tout simplement de ma mère quand elle recevait ses invités , elle aime bien cuisiner la vanille. Tarte aux pommes à la vanille. L’île flottante à la vanille. Le poulet à la vanille.”

C’est d’ailleurs aujourd’hui assez rare d’utiliser la vanille dans les plats à Madagascar. L’exportation et le prix de la vanille a rendu très difficile l’obtention de cette orchidée par les malagasys.

Le chef Johary souhaite donc faire survivre ces traditions au travers de ces divers plats vanillés. En plus d’être goûteuse, la vanille est reconnue pour ses propriétés stimulantes pour le système digestif. Cela lui octroie une véritable valeur ajoutée.

Après la dégustation, partagez votre repas avec les locaux et les journaliers de la plantation. Ce repas sera donc un double moment d’apprentissage.
Grâce à la vanille vous pourrez dorénavant améliorer vos desserts froids et entrées avec cette pointe d’exotisme. Elle parfume aussi vos plats chauds d’une odeur qui enveloppera toute la salle. 

Enfin, au travers de l’attachement culturel des malgaches à la vanille, vous vous rapprocherez encore plus de la culture locale.

La vanille symbole culturel et écologique de Madagascar.

La vanille est une plante de passion et de patience. Cette orchidée est un des symboles de l’île rouge. Elle est tout d’abord symbole d’une réussite économique et commerciale. Elle permet de faire vivre de nombreux habitants de l’île. 


La vanille représente aussi un patrimoine écologique et culturel unique. De par sa nature, elle est fragile, mais belle, peu nutritive, mais nourrissant par son commerce, en partie Madagascar. 


Enfin la production de la vanille est inaliénable au savoir-faire et culture humaine de l’île rouge. La gousse de vanille n’existe pas à l’état naturel. C’est par le travail passionné des travailleurs et travailleuses que l’on obtient ce fruit de passion et de patience. 

Pour en apprendre plus sur la vanille, nous vous invitons à participer au circuit organisé par FESTIV.

Les portes de la plantation de vanille sur le domaine vous attendent également les bras grands ouverts.
Si vous êtes impatient à l’idée de découvrir l’orchidée malgache, sachez que Madagascar rouvre ses portes bientôt. Dès le 6 Novembre !

Ne ratez aucune opportunité

Inscrivez-vous à la Newsletter