fbpx Passer au contenu

Devenir Digital Nomad fait rêver beaucoup de monde. Mais le vivre demande de la motivation et de la persévérance. Originaire de France, Yoann en a fait son mode de vie, il nous raconte comment il est devenu Digital Nomad et comment il a fait du voyage un art de travailler. Un témoignage qui pourrait inspirer plus d’un aventurier hésitant à se lancer. 

Expatrié depuis son premier emploi en Ukraine puis en Pologne, Yoann a naturellement associé travail et voyage. En perpétuel mouvement depuis 2014, il se contente uniquement de sa valise et d’une connexion internet. Mais c’est lorsqu’il a créé sa propre entreprise dans l’édition digitale qu’il a pu pleinement réaliser son rêve. Celui de faire le tour du monde ! Il a pris un aller simple sans avoir réfléchi précisément à son itinéraire. Retrouver des amis en Ukraine, assister à une conférence à New-York, visiter des parcs d’attractions à Orlando, nager en Polynésie, voilà quelques-unes des étapes de son tour du monde. En tout, il a visité 55 pays. De sa vie d’avant à celle d’aujourd’hui, il nous partage son expérience de Digital Nomad. 

Prendre un avion, aller à un hôtel, ouvrir ma valise, travailler autant que nécessaire, rencontrer des locaux et visiter dès que possible… et changer d’endroit au bout de quelques jours !

Yoann Digital Nomad
En visite dans sa ville natale, Sarrebourg, avec ma “maison de nomade digital”: ma valise et ma sacoche d’ordinateur –  CCBY

Comment Yoann est-il devenu un Digital Nomad ?

Au fil de ses rencontres, Yoann a découvert de nombreux profils de nomades digitaux. Le seul point commun entre eux est “le sentiment de mouvement perpétuel, laissant le futur proche décider de notre prochain déplacement”. Pour devenir Digital Nomad, Yoann a quitté son emploi de salarié. Ce choix, il l’a fait, car il n’avait pas la liberté de choisir ses projets, ses clients et ses déplacements. Même s’ il aimait son travail de consultant international, son emploi du temps lui était presque totalement imposé. Alors il a décidé de créer son entreprise.

Durant 2 ans, il s’est investi pour la rendre viable. Vivant sur ses économies pendant ce temps, il a atteint le budget qu’il s’était fixé pour faire le tour du monde. Il a créé un réseau de 22 sites Web sur différents sujets qui l’intéressent. Il vit grâce à la monétisation de ses contenus éditoriaux. Devenir son propre patron est l’option privilégiée par un grand nombre de nomades. Gérer des activités 100 % en ligne, demande d’avoir des compétences dans le Web. Se servir d’un ordinateur, créer une entreprise, réaliser des sites Web, le parcours de vie de Yoann l’a formé au nomadisme digital, mais lui seul en a trouvé le chemin.  

Au travail sur un balcon à Tahiti –  CCBY
En tenue de travail à distance pour enregistrer un podcast –  CCBY

Les avantages et les inconvénients du nomadisme digital

Libre, épanoui, heureux sont les mots qui viennent à Yoann. Il lui est difficile d’imaginer une autre qualité de vie. Si la liberté de mouvement est plaisante, cela demande une certaine discipline. Trouver la balance entre vie professionnelle et vie privée est tout l’enjeu de ce mode de vie.

Si il l’a trouvée dans beaucoup d’endroits, c’est à Bali qu’il en a le plus profité. Voilà à quoi ressemblait ses journées : réveil tôt pour aller nager dans la piscine, petit-déjeuner à l’hôtel, marche à la fraîche, travail jusqu’à la fin d’après-midi et finir la journée par une marche sur la plage et un tour dans un beach club. Il ajoute qu’il se couchait à une heure raisonnable, tous les jours, du lundi au dimanche. Comme il n’a pas de clients mais des partenaires, il peut travailler quand il le souhaite. La semaine classique de travail n’existe plus. Yoann décide de ses lundis de travail et de ses dimanches de repos. 

Quand on n’a aucune raison de faire sonner un réveil pendant des années, il est parfois difficile de trouver et garder un rythme qui soit productif et satisfaisant.

Dans la valise d’un Digital Nomad –  CCBY

Un autre avantage du nomadisme est l’absence de charges quotidiennes comme faire les courses, effectuer les corvées ménagères, payer le loyer, etc. Pour les entrepreneurs comme Yoann, c’est un gain de temps inestimable. 

À force de travailler seul, la solitude peut se faire sentir. Mais la solution est là, c’est le coliving. Les Digital Nomads habitent en colocation et partagent un espace de coworking. Ainsi, ils peuvent échanger sur leurs expériences personnelles et professionnelles. 

La dimension environnementale est également primordiale. Augmenter considérablement la durée du séjour lors de la visite d’un endroit éloigné est une mesure clé pour réduire l’impact environnemental du transport, notamment par avion. En ce sens, le nomadisme peut, s’il est bien calculé, atteindre un équilibre entre travail, loisirs et impact environnemental.

Conseils pour devenir Digital Nomad

Le témoignage de Yoann montre qu’il a dû créer son entreprise pour devenir un Digital Nomad. De son expérience, il y a forcément une perte financière due à l’investissement de départ le temps d’équilibrer ses revenus d’activité. Il insiste sur ce point. L’importance de savoir créer une entreprise et de développer un business plan. En France, Yoann a beaucoup appris des formations gratuites données par les CCI locales.

Chaque nouvel endroit demande un temps d’adaptation. La flexibilité et l’adaptabilité sont des aspects inséparables du nomadisme. Pour les nomades digitaux, voyager, c’est pouvoir rencontrer simplement des locaux et créer de nouvelles connaissances. Yoann conseille l’Asie, et les destinations comme Bali et Phuket.

Chaque voyage, chaque pays est une expérience unique, un rêve qui se réalise, des magnifiques rencontres… et une furieuse envie d’y retourner dès que j’en suis parti!

Ne ratez aucune opportunité

Inscrivez-vous à la Newsletter